Retour
Tag

#spectacle vivant

Je cherche par :

Autres vidéos sur ce tag

Vidéos appartenant à une émission
2h 6min

Tigran Hasmayan

Tigran Hasmayan 07/11/2022

Découvrez le spectacle de Tigran Hasmayan des productions Libelo par Colin Laurent.
48min 6s

Gens du pays

Gens du pays 01/12/2022

Nous sommes aujourd'hui, en France. Un jeune garçon a été arrêté pour s’être aventuré aux frontières de la ville. Il n’a pas de papiers sur lui pour prouver son identité. La policière qui l’interroge met en doute ses propos : comment peut-il s’appeler Martin Martin alors que son apparence semble trahir une autre identité ? A son collège, son professeur propose un « grand projet » qui veut mettre à l’honneur la diversité de sa classe en questionnant les élèves sur leurs racines et leurs pays d’origine. Pris entre deux injonctions à se nommer, Martin Martin se trouve harcelé par des questions qui n’appellent qu’une réponse que les adultes semblent incapables d’entendre : Je m’appelle Martin Martin, je viens d'ici, je vis ici. Je suis français. Peut-on être soi-même sans avoir à se justifier en permanence, faut-il sans cesse apporter des preuves ? A quelle échelle mesure-t-on l’identité d’un individu ? La pièce explore ces questions, en mêlant avec une grande habileté, les lieux et la temporalité. Elle met sous nos yeux un épisode de la vie d’un jeune garçon pris en étau entre sa journée au collège et une nuit passée au poste de police avec pour seul refuge, seule échappée possible l’arrivée d’un autre espace-temps : celui des loups. Espace poétique et dangereux où vivent ceux qui rôdent, dans l’ombre, à la périphérie de nos villes. La pièce se présente comme un conte d’aujourd’hui, un rite initiatique où le refus de se nommer s’impose comme un acte de résistance et d’affirmation de soi.
2h 4min

Lettres d'amour de la religieuse portugaises

Lettres d'amour de la religieuse portugaises 24/11/2022

De Gabriel Guilleragues, captée par Colin Laurent L’amour fou. L’amour tragique. 1669. Une voix de femme s’élève depuis la cellule d’un couvent lointain pour chercher un amant qui est parti et ne répond plus. Elle bascule dans l’abîme, dans le sauvage. Elle écrit cinq lettres demeurées parmi les plus célèbres de la littérature française comme le témoignage fracassant d’une passion féminine qui se libère des interdits et de la bienséance pour se dire dans une langue puissante, un poème ciselé dans le désir total. La mise en scène de Gaël Leveugle présente ces lettres sous la forme d’un oratorio d’aujourd’hui; un monologue musical pris dans un décor changeant, de glace et d’eau. La voix de l’acteur et les accents d’un orgue y tissent ensemble les mouvements passionnels et les sentiments hors normes de la religieuse, entre reflets, éclats de lumière, ondes et accidents de matière, dans une rêverie visuelle et sonore. Nous plongeons vers des rivages enfouis dans nos propres profondeurs.